Pierrette et Albert honorés

Publié le  par Frédéric Delcourt

Ils étaient 160 convives, réunis dimanche dans une ambiance polynésienne, à la salle des fêtes, au repas des aînés. Les décors ont été réalisés par les enfants de la garderie scolaire. Pierrette Marguerite 91 ans et Albert Viaud 93 ans, doyenne et doyen ont été mis à l’honneur. ph. F. D.

Les Halles du Marais inaugurées mercredi

Publié le par Frédéric Delcourt

 " Aujourd’hui, commercialement parlant, le village revit ", estime Michèle Bazin, la maire.Photo F. D.

Mercredi, une soixantaine d’invités ont assisté à l’inauguration officielle des halles du marais. Début 2015, les élus ont décidé d’acheter ce bâtiment situé au cœur de la commune, avenue de Villeneuve.

L’optimisme a eu raison des imprévus, des retards, des formalités administratives et des procédures lourdes propres aux projets des collectivités territoriales. « Aujourd’hui, commercialement parlant, le village revit, estime Michelle Bazin, la maire. Avec les halles, c’est plus qu’un commerce qui renaît, c’est un état d’esprit. Les gens retrouvent le besoin de la proximité avec leurs commerçants, de la convivialité, des échanges, des rencontres. »

Boucherie, coiffeur…

Ce nouvel espace commercial met à disposition des clients une boucherie (ouverte les mercredis et vendredis de 8 h 30 à 12 h 30 et de 15 h 30 à 19 h 30 ainsi que le dimanche de 8 h 30 à 12 h 30), un poissonnier et un primeur (les mercredis et le dimanche matin) et un marchand de moules et d’huîtres (le mercredi matin).

Le salon Relief coiffure a rejoint les halles du marais cet été. Il est ouvert du mardi au vendredi de 9 à 12 heures et de 14 à 19 heures ainsi que le samedi de 8 h 30 à 16 heures et sur rendez-vous entre 12 et 14 heures.

Tous les dimanches matin, jour de marché, des commerçants non-sédentaires rejoignent les halles du marais afin de proposer des légumes, des huîtres, des olives, des fruits secs, du vin ou encore du fromage. Un traiteur est également présent ce même jour.

« Cet endroit est extrêmement précieux pour faire vivre le petit commerce, a souligné Mickaël Vallet, maire de Marennes et conseiller départemental. « Défendre la production locale, c’est faire partie de la vie communale », a-t-il ajouté.

Michèle Bazin souhaite que tous les habitants de la commune renouent avec ces commerces de proximité où chacun peut mesurer la qualité des produits proposés.

Réflexion pour une commune sans pesticide

Publié le par Frédéric Delcourt

Erwan Faux a fait part aux élus de son diagnostic sur les 35 hectares de trottoirs et d’espaces verts communaux. Photo F. D.

Lundi, lors du conseil municipal, Erwan Faux, membre de la Fédération régionale de défense contre les organismes nuisibles (Fredon) a présenté le résultat de son étude concernant l’engagement de la commune dans l’effort collectif de réduction des pesticides.

Il a exposé une dynamique de changement avec des objectifs. Ainsi, il propose de transformer certains espaces verts en pâturage ou en vergers composés de variétés anciennes ou encore de plantation nécessaires à la réalisation de biocides naturels (absinthe, bardane, lavande, rhubarbe…), de manière à pratiquer une fauche tardive, deux à trois fois par an, d’enherber certains trottoirs avec la Fétuque ovine, qui est une variété de graminée vivace très adaptable, même sur des zones difficiles et qui supporte des tontes très courtes et fréquentes, de daller sous les bancs et tables des espaces de loisirs afin de limiter l’entretien. La finalité est de végétaliser ou de fleurir au lieu de désherber.

Vers une mutualisation

Par ailleurs, la commune devra acquérir des équipements permettant de réduire les pollutions ponctuelles. « Nous avons déjà commencé à œuvrer dans ce sens, explique Vincent Dubois, responsable des services techniques. D’ici la fin de l’année, nous espérons également développer une mutualisation des moyens pour le matériel avec les communes de la Communauté d’agglomération Rochefort Océan (Caro). »

Jean-Marie Gilardeau, troisième adjoint au maire, souligne le rôle important des élus à dessiner la commune de demain tout en informant et sensibilisant les habitants pour un nouveau regard sur leur environnement de proximité. Par ailleurs, c’est à l’unanimité que le conseil s’est prononcé favorablement concernant la demande de fonds de concours à la communauté d’agglomération correspondant au plafond maximum de 11 037,00 € pour les travaux de voirie (48 339,50 €), concernant l’aménagement et l’accès à la coopérative, Fief des Fontaines.

Le conseil a également voté de manière positive le projet entraînant le transfert de la compétence eau et assainissement à la Caro à compter du 1er janvier 2018.

Saint-Agnant : Le pas des vaches transformé en promenade

Saint-Agnant : de nouveaux commerces aux halles du marais

Le projet de café culturel progresse

Publié le par Frédéric Delcourt

Gaële Crenn (à gauche) et le groupe de réflexion de vendredi. F. D

Vendredi dernier, un groupe de réflexion s’est réuni autour de Gaële Crenn à la salle de l’ancienne médiathèque pour définir les grands axes d’un projet de café culturel.

Gaële est animatrice socioculturelle. Pour mener à bien son projet, elle sollicite aujourd’hui les habitants de la commune afin de regrouper diverses idées, diverses options qui pourraient au final satisfaire un public intergénérationnel.

Selon une méthodologie de travail ayant fait ses preuves, le groupe a fait connaissance en échangeant les prénoms et d’autres informations personnelles afin de créer des liens et de former une équipe.

D’autres réunions

Cette équipe ainsi formée doit générer de l’intérêt pour le sujet (café culturel) en réfléchissant aux diverses questions : Où ? Comment ? pourquoi ? Quand et quoi ? De toutes ces réflexions, est ressortie une idée générale de la création d’un lieu pour tous (qui reste aujourd’hui à trouver), le plus global possible, où enfants et adultes de tous âges pourront venir partager un moment, parler, échanger des idées ou encore assister à des spectacles choisis. Le nom de ce café – Au bonheur des ogres – a été choisi en référence au livre de Daniel Pennac où on retrouve l’esprit village, autour d’une vie de famille montrant, via des événements, les dérives et les inégalités d’une société qui se veut progressiste, mais où règne le bonheur.

L’animatrice souhaite former une société coopérative d’intérêt collectif où chacun serait partie prenante. Il y aura d’autres réunions pour affiner le projet et Gaële reste à l’écoute de toutes nouvelles idées et de toutes propositions de collaboration pour mener à bien son projet.

Gaële Crenn www.facebook.com/ aubonheurdesogresstagnant. Mail : aubonheurdesogres-stagnant@hotmail.com.

Les nouveaux habitants accueillis

Publié le .

Mot de bienvenue aux nouveaux Saint-Agnantais par Michèle Bazin, la maire. Photo Frédéric Delcourt

Vendredi 8 septembre, la salle des fêtes n’a pas désempli autour de la quinzaine de stands associatifs. Au cours de ce forum, Michèle Bazin, la maire, a accueilli, avec son équipe municipale, la trentaine de nouvelles familles de la commune invitées pour l’occasion. Photo Frédéric Delcourt

Des enfants au milieu des cygognes et boucs

Publié le par Frédéric Delcourt.

Ce parcours agilité, très apprécié des enfants, a été inauguré mercredi dernier. Photo F. D

Mercredi, Michèle Bazin, la maire a inauguré le parcours agilité et l’observatoire du Pas des vaches. « Nous avons voulu créer l’originalité, sortir des jeux de jardins standards, ce parcours est super pour développer la capacité motrice des enfants », explique Françoise Briet, deuxième adjointe.

La structure en bois issue des pins des pays du nord (Estonie) qui poussent très lentement est très résistante et presque autoclave naturellement. Les enfants peuvent évoluer sans mettre pied à terre et sans danger de par la faible hauteur de chute. Ce produit haut de gamme, garanti 20 ans par le fabricant, revient à 10 378 € hors taxes, auxquels il convient de déduire la subvention du Conseil départemental de 3 113,40 €.

« Jouer, se tester, observer »

Le Pas des vaches est également un lieu où il est possible de passer un moment près des animaux depuis la plateforme de l’observatoire. Un couple de cigognes y a élu domicile depuis quelques années, l’âne « Gorki » assure la protection des moutons face aux chiens errants, en échange d’un peu de compagnie, deux boucs se complaisent près des chèvres et enfin les oiseaux du marais viennent de temps à autre se reposer autour du plan d’eau.

« J’espère que l’utilisation de ce modeste observatoire sera régulière et que ce parcours agilité attirera les jeunes enfants vers notre parcelle communale, pour jouer, se tester, et observer » conclut la maire.

Une cour toute neuve

Publié le 08/09/2017 à 3h44 par F.D

Côté cour, à la maternelle, les jeux sécurisés sur revêtement amortissant et le préau.Photo F. d.

Pour cette nouvelle rentrée, les enfants de la maternelle ont pu découvrir une cour réaménagée et sécurisée. Un arbre devenu envahissant et dont les racines soulevaient le bitume a été coupé. Le sol a été refait et un revêtement amortissant a été positionné autour des jeux. Dans les classes, des placards de rangement ont été aménagés et les murs protégés contre les dégradations.

Du côté élémentaire, le portail d’accès est rehaussé et sécurisé par un visiophone et le préau repeint avec des couleurs chaudes. En ce qui concerne l’équipement des classes, le pas a été franchi avec l’arrivée du numérique. Une première tranche concerne le bâtiment de trois classes de CM. Il a été appareillé avec vidéo-projecteur, tableau numérique, ordinateur portable équipé de deux claviers et souris scan. L’investissement est de 7 000 euros. La seconde tranche concernera les cinq classes de CP et CE et sera budgétisée pour la rentrée 2018–2019. « Nous avons un peu de retard par rapport aux directives de l’ éducation nationale, mais en partie comblé aujourd’hui » précise Michèle Bazin, la maire.

Toujours quatre jours

L’école maternelle (78 enfants) et l’école élémentaire (185 élèves) restent à la semaine de 4 quatre jours et demi pour cette année scolaire. « Le décret étant arrivé quatre jours avant la fin de l’année scolaire, il semble plus judicieux de prendre le temps d’une concertation entre les enseignants, les parents et le personnel d’accueil périscolaire et de cantine, afin de mettre en place des horaires correspondants aux besoins (il y a des emplois derrière) », explique Françoise Briet, adjointe à la vie scolaire.

Par ailleurs, cette rentrée est marquée par le départ à la retraite des enseignants Martine Spella et Jean-François Vigeon, puis de Julie Tachet affectée en établissement secondaire. Deux nouvelles enseignantes, Aurélie Pigeon et Azeline Bettoni, ont donc rejoint l’équipe en place et ont en charge la classe de CE2. Une troisième personne enseignante non affectée à ce jour doit les rejoindre prochainement pour une classe de CP. Pierre Bouchard est affecté en poste de titulaire mobile et Thiery Sausseau en décharge de direction le lundi et le mercredi matin.

La location des halles a été définie

Publié le 31/08/2017 à 3h40 par F.D

Les halles du marais accueille un salon de coiffure, un boucher charcutier, et en septembre, un poissonnier. PHOTO F. D.

Lundi, le Conseil municipal s’est réuni sous la présidence du premier adjoint, Pierre Gomila, la maire Michèle Bazin étant empêchée. Le quorum étant atteint, le Conseil a voté à l’unanimité l’attribution du troisième local des halles du marais à Pierre-Yann Donce, poissonnier, suite au désistement de la fleuriste initialement prévue.

Afin de permettre une utilisation plus souple de l’occupation des bancs à l’intérieur du marché couvert, les places seront concédées par abonnement annuel de 100 euros en demi-journées. Les halles seront accessibles aux commerçants non sédentaires et au public tous les jours de la semaine, aux heures d’ouverture des commerçants ou des marchés, à l’exception du dimanche après-midi, du lundi et jeudi matin.

Des conventions votées

Par ailleurs, le Conseil a voté avec une voix contre et une abstention le choix des prestataires concernant les travaux des bâtiments communaux (mairie, salle des anciennes classes, chauffage, lavabo et accès cantine), d’un montant toutes taxes comprises de 301 012,01 €. Dans le cadre du schéma de mutualisation, initié par la Communauté d’agglomération Rochefort Océan, celle-ci met à disposition le directeur des services techniques de la commune, Vincent Dubois, à hauteur de 70 %. Cette convention, acceptée à l’unanimité par le Conseil prend effet à compter de demain.

Une deuxième convention, également votée à l’unanimité, concerne la mise à disposition d’un terrain situé rue de la Poste (face au portail de l’école élémentaire) à Enedis pour installer un ouvrage afin de renforcer la distribution en électricité de la commune. Par ailleurs, le syndicat enfance jeunesse intercommunal (SEJI) va continuer d’organiser les temps d’activités périscolaires (TAP) dans la commune. Une convention de mise à disposition des locaux nécessaires aux activités (préaux de l’école élémentaire et maternelle, annexe de la médiathèque, salle informatique et salle de motricité) a été votée à l’unanimité moins une abstention.

Des subventions pour les bâtiments communaux

Publié le par F. D..
 
Lundi, le Conseil municipal s’est réuni pour voter les demandes de subventions, concernant les futurs travaux des bâtiments communaux. La mairie est un bâtiment ancien, qui demande à avoir des espaces de travail adaptés avec plus d’accessibilité.

Des travaux à l’école

Le bureau du maire se trouve à l’étage et la salle du conseil est trop petite. Il s’agit de mettre ces pièces aux normes d’accessibilité aux personnes en situation de handicap, aux normes thermiques, acoustiques et électriques.

Le restaurant scolaire de l’école élémentaire manque quant à lui de toilettes accessibles aux enfants, d’un vestiaire pour les femmes et d’un local pour le matériel, qui devront être également accessibles aux personnes handicapées. Les demandes de subventions ont été approuvées par le Conseil à raison de 20 % du montant, hors taxes, des travaux de la mairie au titre du fonds départemental d’aide pour la revitalisation des centres des petites communes, soit 36 000 € et de 30 % au titre du fonds départemental d’aide aux constructions et grosses réparations des locaux scolaires du premier degré, soit 8 010€.

Quelques ajustements

20 % des demandes ont été adoptées au titre du fonds départemental d’aide pour la revitalisation des centres des petites communes, soit 970 €, et enfin, 50 % au titre du fonds de soutien à l’investissement public local pour les travaux d’aménagement des bâtiments communaux, soit 140 300 €. La part communale sera de 95 319, 21 € pour un investissement de 280 599, 21 €.

Par ailleurs, quelques ajustements techniques ont été nécessaires concernant les travaux du local commercial des halles du marais, notamment au sujet de la charpente métallique pour un montant de 41 662, 75 € hors taxes, au lieu de 40 399, 85 € et de l’électricité pour un montant de 23 683, 20 € hors taxes au lieu de 22 431, 40 €.

Le marché des halles du marais sera ouvert au public dès le mois d’août (les inscriptions pour les commerçants non sédentaires sont en cours), le mercredi de 16 à 20 heures (horaire d’été) ou de 15 à 19 heures (horaires d’hiver) et le dimanche de 8 h 30 à 13 h 30. Michèle Bazin, la maire, précise que le budget estimatif du projet concernant les travaux des halles n’est pas dépassé et reste conforme aux prévisions.

Bientôt les 6 jours de trotinette

Publié le .
Adrien, Solene, Erwan, Maelys, Valentin, Geoffrey, Corran, Lisa et Gabriel, défendent les couleurs de la commune en six jours de trottinette. Le prologue est le 18 juin à Échillais et l’étape finale le 24 à Port-des-Barques. photo dr

 

Un trait d'union entre les générations

 

Publié le par Frédéric Delcourt.

Lou, Léana et Charlotte devant la fresque réalisée par les écoliers et les résidents de la maison de retraite.Photo F. D.

L’établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes Les Jardins du marais a inauguré une nouvelle fresque sur le thème du temps qui passe, lundi dernier. Cette réalisation est l’aboutissement de plusieurs mois de travail intergénérationnel entre deux classes de CM1 et CM2 de l’école élémentaire du village et les résidents. « C’est la continuité d’un travail mené sur plusieurs années avec les enfants », explique Christelle Michelet, la directrice de la résidence.

Cette fresque de deux mètres sur trois est constituée d’une vingtaine de petits tableaux. « Les enfants ont tout d’abord travaillé en classe, dans le cadre de leur éducation artistique, sur l’idée du temps qui passe (saisons, vieillesse, horloges, soleil et lune, jour et nuit…) et ont élaboré un dessin en noir et blanc », explique Virginie Moreau, enseignante. Puis, ils ont présenté leurs dessins aux résidents afin de sélectionner ceux qui serviront pour la fresque.

Bienveillance mutuelle

Laurence Duprat, art thérapeute, a ensuite créé une histoire autour du temps qui passe et les enfants ont reproduit les dessins sur les toiles, dont la couleur de fond a été appliquée par les résidents. « Ce projet implique résidents et enfants, il crée une dynamique de travail particulière qui enrichie les deux parties. La présence des enfants stimule, détend et permet une ouverture plus facile, sans jugement. Les résidents apportent de l’apaisement aux enfants, qui ralentissent leurs actions », développe Laurence Duprat.

La peinture demande de la concentration, les enfants portent davantage attention à l’adulte, il y a du respect, de la retenue et le travail s’effectue dans une bienveillance mutuelle. C’est ainsi que sur cette fresque, le soleil brille et veille sur un vieux Spiderman qui a vécu son temps et qui laisse la main à son petit-fils. Un bel oiseau avec ses oisillons symbolise les générations qui se succèdent. Les saisons se déclinent autour d’un arbre généalogique. Les siècles passent et la technologie évolue (vieille C4 conduite par Mickey, qui évolue vers une voiture futuriste). On y voit même une famille avec un bébé dont la chronologie journalière est réglée par un chronographe…

L'aménagement de la place de l'église inauguré

Publié le . par Frédéric Delcourt.
Pour un meilleur partage de l’esprit public. photo Frédéric Delcourt
 
Mardi, les élus ont inauguré le nouvel aménagement de la place de l’église. Ce renouvellement urbain a été décidé par l’équipe municipale, travaillé en étroite collaboration avec le conseil des Sages et conçu dans l’esprit d’un meilleur partage de l’espace public.

Bientôt les halles

Publié le 11 par Frédéric Delcourt.

Les Halles du marais ouvriront fin juin. Photo Frédéric Delcourt

Mardi, en conseil municipal, la maire, Michèle Bazin, annonçait le nouveau nom donné à l’ancien Vival : Les Halles du marais. Les travaux continuent de progresser et devraient se terminer fin juin. Une fleuriste et une coiffeuse vont rejoindre le boucher déjà en place dans les murs.

Pour la partie concernant le hall, le conseil a voté à l’unanimité la création d’un marché communal pour des commerçants non sédentaires : fruits et légumes, poissons, fromages, olives et épices. Deux marchés hebdomadaires sont prévus, le dimanche de 8 h 30 à 13 h 30 et le vendredi après midi de 16 à 20 h l’été et de 15 à 19 h l’hiver.

L’emplacement est fixé à 200 € par an, payables semestriellement et d’avance. L’électricité et l’eau seront fournies à chaque exposant. La municipalité contactera les postulants dès cette semaine, afin qu’ils confirment leurs candidatures et leurs activités.

Par ailleurs, le conseil s’est prononcé favorable, également à l’unanimité, pour déposer un dossier de conventionnement des cinq logements de l’ancienne gendarmerie. Ceux-ci seront proposés à la location dès juillet, sur la base des anciens loyers pratiqués par l’agence immobilière Habitat 17. Ces loyers seront reconsidérés (à la baisse), ainsi que les baux à partir du moment ou les logements deviendront conventionnés. « Actuellement quatre T3 bis et un T4 bis, respectivement loués 442,11 € et 509,12 € hors charges, laissent entrevoir un rapport de 10 % sur l’investissement de 240 000 €, soit un placement de plus de 24 000 € par an », explique Pierre Gomila, premier adjoint. Les appartements sont gérés aujourd’hui par la société immobilière Alizés 17 et les loyers sont perçus par la commune qui lui reverse 5 % des sommes reçues hors taxes.

Michèle Bazin a annoncé qu’au 1er juillet, la commune ne pourra plus compter que sur un seul médecin généraliste, contre deux actuellement. Sa rencontre récente avec le président du Conseil de l’Ordre ne lui a laissé que peu d’espoir sur d’éventuelles candidatures. Il a cependant accepté de déposer un appel à candidature sur le site internet du Conseil de l’Ordre.

Les taxes directes locales vont augmenter

Publié le par Frédéric Delcourt.

Le Conseil municipal s’est réuni mercredi pour voter le budget 2017. Après avoir approuvé à l’unanimité le compte administratif et de gestion 2016, dont les écritures sont conformes, le Conseil a procédé au vote du budget primitif annexe locaux commerciaux 2017 (ancien Vival) présenté par Pierre Gomila, premier adjoint aux finances. Il a été approuvé, moins une abstention.

L’équilibre sera assuré entre les dépenses et les recettes de l’investissement pour une somme de 476 546,95€. Le vote du budget primitif a également été approuvé (trois abstentions) pour un investissement de 1 515 106,63€ dont la différence recettes – dépenses doit s’équilibrer, en restant prudent sur les recettes, précise le premier adjoint.

Taxe d’habitation : 0,98 %

La baisse de dotation de fonctionnement en 2016, et la baisse du retour sur la taxe d’habitation amènent la commune à relever légèrement la fiscalité locale pour équilibrer la perte financière. Les propositions d’augmenter la taxe d’habitation de 0,98 %, la taxe foncière sur le bâti de 4,39 %, et la taxe foncière sur le non bâti de 0,29 %, ont été acceptées moins une abstention et quatre voix contre. « La commune est aujourd’hui en dessous de la moyenne des communes de même importance au niveau imposition », précise Pierre Gomila. Par ailleurs, l’indice brut des indemnités des élus a été harmonisé en fonction de l’évolution du point d’indice moins trois abstentions. Michèle Bazin, le maire précise que dès le départ de son mandat, les indemnités des élus avaient été revues à la baisse de quelques centaines d’euros, et le sont encore aujourd’hui.

Lors de la mutualisation de la médiathèque, la Communauté d’agglomération Rochefort Océan avait racheté le reliquat du prêt y afférent soit : 200 000 €. Aujourd’hui, le conseil s’est prononcé favorable (3 voix contre, une abstention) à reconduire un prêt d’un montant de 250 000 € sur vingt ans au taux fixe de 1,40 % l’an, afin de retrouver un peu d’aisance avant que les taux ne remontent pour la réalisation des projets en cours (accessibilité salle d’activités et mairie, chaudière mairie, bureaux mairie). La vie de la commune passe également par les associations et les subventions ont été renouvelées (une voix contre et une abstention).

350 Mètres carrés de manège couvert

Publié le par Frédéric Delcourt

Accueil par Clément Duval devant le manège couvert. Photo F. D.

Samedi, l’association les Écuries de Firia inaugurait son manège couvert. Cette structure autoportante de 21 mètres de diamètre est l’aboutissement d’un projet de deux années de travail. « Nous avons obtenu diverses subventions et dons, qui rajoutés à notre apport personnel ont permis de réaliser cette opération de 47 000 euros », explique Clément Duval, président de l’association.

La structure a été livrée en kit et montée avec l’aide des adhérents dans la période comprise entre le 15 octobre et le 25 décembre de l’année écoulée.

« Au départ de notre aventure, les écuries fonctionnaient avec deux poneys et nous donnions des cours chez le particulier. Aujourd’hui nous fonctionnons avec 26 chevaux et poneys confondus pour les cours d’équitation dispensés par Julien Lecourt et Laure-Line Gueirard, deux moniteurs agrées », renchéri le président.

La structure couverte permettra d’évoluer par tous les temps, à l’abri des intempéries et augmentera le potentiel de formation.

La centaine d’adhérents participe activement à la vie du club, car ici, il ne s’agit pas seulement de pratiquer l’équitation, mais aussi de contribuer au bien-être des animaux et de leur environnement tout en maintenant une structure d’accueil en parfait état (ratissage des crottins, nettoyage et remplissage des abreuvoirs des paddocks, entretien du matériel d’équitation, journées de bricolage…).

Avec le comité des fêtes

Il en va de même pour le comité des fêtes faisant partie intégrante de l’association qui organise des activités extérieures et gère le club house. Les cours d’équitation sont accessibles dès l’âge de 4–5 ans en baby poneys et sont dispensés les mercredis après-midi ainsi que les samedis. Les cours adultes se pratiquent les mardis, jeudis et vendredis sur plusieurs niveaux, en soirée. En période de vacances scolaires, des stages sont également proposés.

Pour tout renseignement, s’adresser au 05 46 82 48 73. Les écuries de Firia 34, rue de Lirais, 17620 Saint-Agnant. Site Internet : www.lesecuriesdefiria.fr.

Mobilisation pour la famille Hili

Publié le par Frédéric Delcourt.

Une rencontre constructive autour de Violeta Hili. Photo F. D.

Depuis début janvier (lire notre édition du 14 janvier dernier), Violeta Hili et ses quatre enfants, âgés de 4 à 14 ans, originaires d’Albanie sont hébergés sur la commune dans le cadre de demandeurs d’asile pour cause de persécution dans leur pays.

Vendredi dernier, une rencontre réunissant la famille a eu lieu avec Michèle Bazin, la maire, Clémentine Cisterne, chef de service du centre d’accueil pour demandeur d’asile (Cada), et les différents acteurs bénévoles de la commune. Cette réunion a eu pour but de planifier différentes actions à mener dans le cadre de l’intégration de la famille aux besoins de la vie de chaque jour.

Des cours de français

Les bénévoles ont planifié et réparti des tâches pour la dispense de cours de français à domicile à la mère de famille, pour l’accompagnement lors de divers achats courants, pour d’éventuelles sorties avec les enfants en périodes de vacances, mais surtout pour l’aide aux devoirs après l’école (lire et parler avec un programme adapté et des mots de tous les jours) notamment pour Angelo, 7 ans, afin de faciliter son entrée en CE1 en septembre.

Christine Allard, directrice de l’école élémentaire, s’est proposée d’intégrer la mère de famille aux sorties scolaire lors des visites du littoral avec l’espace nature de Fouras et l’écomusée de Port-des-Barques en juin. Chaque semaine, une accompagnatrice sociale membre du Cada, fait le point avec la famille.

Les personnes désirant apporter leur contribution, quelle qu’elle soit, sont les bienvenues et peuvent se signaler en mairie. Quelques jeux d’extérieur seront également appréciés.

Stationnement : 17 Places à venir

Publié le par Frédéric Delcourt.

Place de l’église, les travaux devraient durer jusqu’à mi-avril.Photo F. D.

Le Conseil municipal réuni jeudi a soutenu unanimement la proposition de Michèle Bazin, le maire, pour la demande d’une subvention (30 % du montant total) auprès du Conseil départemental, au titre de la répartition du produit des amendes de police pour la création d’un parking place de l’Église.

Ces travaux, d’un montant total de 64 718,21€ hors taxes, résultent d’un report de crédit de 2016 et devraient être terminés mi-avril. L’aménagement comprendra au total 17 places de stationnement, dont une pour les personnes à mobilité réduite. Un reprofilage sera effectué sur toute la largeur des voies, des bordures et caniveaux délimiteront l’emprise dédiée à l’automobiliste de celle dédiée au piéton. Un cheminement piéton sera créé à l’ouest et des trottoirs, d’une largeur minimum de 1, 40 m seront réalisés. Un espace de détente prendra forme sur la place, sous les arbres. Un réseau souterrain de récupération des eaux de ruissellement sera raccordé au réseau existant.

Ajustements techniques

Des ajustements techniques de chantier s’avérant nécessaires pour la création de l’espace commercial en lieu de l’ancien « vival », le Conseil a accepté à l’unanimité les variations dans le montant attribué du marché (lot numéro 2 maçonnerie) pour un avenant de 5 948,62 € hors taxes amenant le nouveau montant à 57 562,14 € hors taxes. Ce fut aussi l’occasion de définir le montant des loyers pour ces locaux commerciaux (coiffure, boucherie, fleuriste) à 10 euros hors taxes le mètre carré utile par mois.

Fin juin

Les travaux devraient se terminer fin juin. Par ailleurs, le lancement de la maîtrise d’œuvre concernant les travaux du gymnase, va être lancé cette fin de mois de manière à conserver la subvention européenne de 140 000 euros (date limite mai 2017). Les travaux concerneront l’isolation, l’éclairage, le revêtement du sol, les sanitaires et l’accessibilité.

Michèle Bazin est satisfaite du bilan présenté par Vincent Dubois responsable des ateliers techniques communaux et se réjouit de l’organisation, et du suivi actuel par fiches d’interventions. Ces interventions (276 pour l’année écoulée) se rajoutent au travail planifié et représentent 1 384 heures de travail.

Ce soir, la poésie se décline en dub poetry

Publié le par Frédéric Delcourt .
Paul Wamo, lundi à la médiathèque communautaire de Saint-Agnant.Photo F. D.

La Communauté d’agglomération Rochefort Océan (Caro) en partenariat avec la Ville de Rochefort soutient depuis plusieurs années la création artistique sur son territoire par l’intermédiaire de résidences d’artistes. Paul Wamo et Cyrille Limbergère (Zinx) proposent un projet novateur en créant un spectacle alliant la pratique du dub poetry (genre musical issu du reggae jamaïcain) et du sound system (système de sonorisation par bande-son). Le tout à découvrir ce soir (1).

Paul Wamo est un musicien, slameur et poète kanak, qui situe son art entre l’écriture, l’oralité et la musique. Zinx est musicien percussionniste imprégné par la culture jamaïquaine. Le dialogue, le partage, et les échanges sont des valeurs primordiales pour les deux artistes qui vont au-devant des habitants et se nourrissent de ces expériences pour alimenter leur démarche de création artistique.

Ce projet s’inscrit dans le contrat de territoire d’éducation artistique et culturel récemment signé entre l’Etat, la ville de Rochefort et la caro. Lundi, à la médiathèque les deux artistes ont pu échanger sur leur culture artistique, autour d’un atelier de « mise en voix » avec les élèves des classes de CM1 et CM2 dans un dialogue partagé. Ce jeune public a été conquis par la passion qui anime ces deux pédagogues en la matière, et par l’importance de la musique qui porte les textes. L’objectif est de favoriser l’expression écrite et orale ainsi que d’initier les jeunes à la technique du sound system et du mixage dub.

La soirée de ce mercredi commencera par une rencontre, poésie et littérature à la médiathèque de 19 à 20 heures. Elle sera suivie par un mini-concert à la salle des fêtes de 20 h 30 à 21 h 30 : accueil à partir de 20 heures.

Renseignements au 06 18 86 78 31. Entrée gratuite.

Les donneurs récompensés

Publié le par Frédéric Delcourt
Les heureux diplômés échelon bronze à or. Photo Frédéric Delcourt

L’association pour le don du sang tenait son assemblée générale vendredi dernier. À cette occasion, 11 diplômes ont été remis aux donneurs bénévoles en fonction de leur assiduité aux dons. Les niveaux de dons commencent à l’échelon bronze (trois dons pour les femmes et cinq pour les hommes) et vont jusqu’à l’échelon or plus deux palmes à partir de 200 dons.

Le président, Yves Goullianne, a remis le diplôme de reconnaissance pour services rendus à Louis Bernard secrétaire qui quitte l’association au bout de dix-huit ans.

Il a ensuite décoré de la médaille fédérale de Chevalier mérite du sang la trésorière Gisèle Michaud, avant, à son tour, de recevoir la médaille fédérale d’Officier mérite du sang des mains du président de l’union départementale 17, Daniel Wertepna.

Malgré les 363 donneurs dont 328 prélevés, Yves Goullianne n’est pas satisfait par la fréquentation des collectes : « L’année 2016 laisse entrevoir une baisse de donneurs potentiels et nous cherchons malgré une campagne de sensibilisation assidue, à trouver un moyen de motiver et d’attirer une plus large population ». Le docteur Thierry Baladine de l’Etablissement français du sang de La Rochelle a, quant à lui, insisté sur le fait que parallèlement au don du sang, il est possible de donner son plasma. Le plasma sert a confectionner des médicaments et des vaccins. La technique est un peu plus complexe car le sang est séparé du plasma par l’intermédiaire d’une centrifugeuse, mais les globules et les plaquettes sont réinjectés au niveau du donneur. Ce don peut être renouvelé tous les dix jours, contrairement aux deux mois nécessaires pour un don du sang.

L’association est également en recherche de bénévoles, donneurs ou pas, pour aider lors des collectes (mise en place et rangement de la salle) ou de leur préparation (distribution de flyers, pose des affiches, pose des banderoles…).

Renseignements : 05 46 83 37 33.

Il va faire chaud samedi

Publié le .

Une des nombreuses chorégraphies des 'Body Excinting' Photo DR

Le comité des fêtes organise samedi à 20 h 30 à la salle des fêtes, un spectacle alliant charme et humour. La troupe des Body Exciting, spécialisée dans l’effeuillage masculin, se produira lors de cette soirée est 100 % filles. Réservation au 05 46 83 30 01. Entée : 10 €. photo dr

Couleur Jade récolte 4 000 € contre le cancer

Publié le 31/01/2017 à 3h39 par Frédéric Delcourt.

Le conseil d’administration avec Karen Huet, adjoint à la vie associative et au premier plan Maëlle, la sœur de Jade. Photo F. D.

L’association Couleur Jade a tenu son assemblée générale vendredi. L’association se mobilise depuis 2007 pour aider la recherche contre le cancer chez le jeune enfant, et plus précisément, le médulloblastome métastatique.

A l’Institut Curie

Lors de ses assemblées générales, Couleur Jade reverse une partie de ses excédents au service du docteur Olivier Delattre, de l’Institut Curie, à Paris. Cette année, ce sont 4 000 euros qui vont être remis à ce service spécialisé dans la recherche contre le cancer pédiatrique. Les actions 2016 vont être reconduites en 2017, à savoir l’opération nationale Une Jonquille pour Curie en mars, la marche champêtre le 2 juillet à Saint-Agnant, la soirée dansante le 14 octobre à Puyravault, la bourse à l’enfance le 12 novembre à Puyravault également, et le marché de Noël à Saint-Laurent-de-la-Prée

Les K'mels du désert

Étudiante, elle se frotte à l'organisation d'une balade

Publié le 25/01/2017 à 3h41 par Frédéric Delcourt .

Amandine Besson à son bureau en Mairie de Saint-Agnant. PHOTO F. D

Amandine Besson, 20 ans, prépare un BTS « assistant de manager » en alternance. Une semaine sur deux, depuis deux ans, elle occupe différents postes à la mairie de Saint-Agnant où en fonction des besoins, sa polyvalence est fort appréciée.

Dans le cadre de sa formation et pour obtenir son BTS (examen en juin), Amandine doit réaliser plusieurs dossiers dont deux à l’international.

Aujourd’hui, pour valider une de ses actions, elle met en place un projet de voitures anciennes sous la forme d’une balade historique qui aura lieu le dimanche 2 avril autour du pigeonnier de Montierneuf par le biais de la Mairie et de son association les Vieilles soupapes du 17.

« Mon objectif lié à l’international est de pouvoir accueillir des personnes anglaises avec leurs véhicules grâce à l’envoi de flyers et à la demande de sponsors », explique Amandine. Depuis toute petite, elle a été bercée dans le sport automobile de par son père mécanicien et son frère pilote de rallye. Ce projet lui permettra de relancer un dynamisme événementiel sur la commune et de valoriser le pigeonnier qui est un patrimoine historique important. Les personnes engagées effectueront une promenade historique sur route fermée (circuit de 1,300 kilomètre) et les visiteurs pourront faire une balade dans une vieille C4 de 1929.

Une quinzaine d’engagés (50 € par participant) sont aujourd’hui inscrits. « Il en faudrait une cinquantaine pour couvrir les frais d’organisation », commente Amandine Besson.

Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 24 mars et les détails de cette journée sont disponibles sur Facebook : « les vielles soupapes du 17 », ou sur le site de la Mairie : www.saint-agnant.fr (rubrique agenda),
ou au 06 73 09 52 18.

Une famille albanaise hébergée dans la commune 

Publié le  par Frédéric Delcourt

Michèle Bazin en dialogue avec la famille Hili Plenishta. PHOTO F. D.

Jeudi, une famille de cinq personnes, originaires d’Albanie, a été accueillie par Michèle Bazin, maire de la commune. Violeta Hili et ses quatre enfants, Altine, Alteia, Angelo ans et Andrea, âgés de 14 à 4 ans, sont demandeurs d’asile pour cause de persécution dans leur pays.

Cette famille est logée sur la commune par le centre d’accueil pour demandeur d’asile (Cada) en liaison avec l’association Altea Cabestan, dont l’une des missions est de fournir aux familles de primo-arrivants un hébergement d’urgence. Ce logement est attribué pour une durée de 15 à 18 mois. « C’est le temps nécessaire pour permettre aux autorités françaises d’examiner le dossier, explique Clémentine Cisterne, chef de service du Cada. Ensuite, si la réponse est positive, la famille pourra séjourner légalement en France mais sera relogée ailleurs. Dans le cas d’une réponse négative, elle sera déboutée du droit d’asile. »

Céline Balanche membre du Cada est l’accompagnatrice sociale attitrée du foyer. Elle a pour mission de faciliter l’intégration de cette famille au sein de la commune, et de l’aider dans ses démarches de la vie courante, sociale et administrative. Les enfants devront notamment obtenir un certificat médical pour leur inscription dans les établissements scolaires (collège, école élémentaire et maternelle).