Un coktail de peintures, broderies et quiling

Publié le par Frédéric Delcourt.

Vif succès pour les ateliers d’activités manuelles du Foyer d’éducation populaire le week-end dernier.Photo DR

Samedi, les amis de la peinture, de la couture et du quilling se sont retrouvés à la salle des fêtes à l’occasion du vernissage de l’exposition organisée par le Foyer d’éducation populaire (FEP) durant le week-end. Cet événement est l’œuvre des membres de trois activités manuelles exercées au sein de l’association saint-agnantaise.

Plus de 120 tableaux ont comblé la curiosité des visiteurs. Cet atelier peinture, encadré par Colette Couillandreau, connaît un réel succès avec ses 15 élèves dont trois adolescentes.

Il en est de même avec l’activité couture et broderie, animée par Claudine Gatineau, assistée de Ginette Rocheteau. Elles ont présenté, avec leurs 21 adhérentes, leurs diverses confections (robes, vestes, chemisiers, nappe et autres objets), joliment exécutés.

Lydie GuilboT et son groupe de 10 personnes, ont quant à elles présenté au public le principe de cette nouvelle activité du FEP : le quilling. À l’aide de feuilles de papier multicolores, les élèves découpent de fines bandelettes, puis les enroulent sur elles-mêmes et les collent sur un support cartonné. Elles créent ainsi des cartes de vœux ou des tableaux.

Les adhérentes de ces trois activités se retrouvent toutes les semaines à la maison des associations pour confectionner leurs œuvres dans la joie et la bonne humeur.

La peinture pour "se décentrer" de la maladie

Publié le par Frédéric Delcourt.

Laurence Duprat et Mélanie Sechet expliquent comment mettre des liens entre l’art et la santé. Photo F.D

Vendredi, une exposition, intitulée « Art et Santé », a débuté à la médiathèque communautaire. Cette exposition visible jusqu’au 30 mai, présente des œuvres réalisées en séance d’art-thérapie par les seniors de la résidence médicalisée Les jardins du Marais. Les œuvres exposées sont une sélection parmi toutes celles réalisées depuis 2012 date de création de l’établissement. Cette première journée a débuté par une conférence animée par Mélanie Sechet, psychologue et Laurence Duprat, art-thérapeute, toutes deux intervenantes à la résidence. « Il s’agit ici, d’œuvres collectives ou individuelles visant à mettre en valeur l’expression singulière des personnes, de transformer le déficit pour créer », explique Laurence Duprat.

Ces œuvres ont été réalisées par des personnes atteintes de maladies neurodégénératives (Parkinson, Alzheimer…). « L’objectif est de les stimuler pour leur redonner de la saveur existentielle », renchérie Mélanie Sechet, « les décentrer de la pathologie, remet l’être humain au centre du soin ».

Cette exposition est la première en dehors de la résidence. Les résidents artistes sont fiers de montrer leurs créations en extérieur et de les voir mises en valeur. « Cela permet de modifier le regard des autres et de valoriser ce que les résidents sont capables de faire dans une valeur artistique et esthétique pas du tout infantile », appuie Christelle Michelet, directrice de l’Ehpad.

Durant le mois, plusieurs sorties avec les résidents et leur famille seront organisées pour la visite de cette exposition qui d’ailleurs est accessible à tous.

Bernard GIRAUD est élu premier adjoint

Publié le par F. D..

Bernard Giraud est le 1er adjoint au maire de la commune depuis mercredi. Photo F. D.

Mercredi, à la suite de la démission de Pierre Gomila, 1er adjoint (lire « Sud Ouest » du 30 mars), acceptée par le sous-préfet de Rochefort, par un courrier reçu en mairie le 20 avril, le conseil municipal a procédé à l’élection d’un nouveau premier adjoint.

Bernard Giraud, jusque-là 5e adjoint et seul candidat à se présenter, a été élu à bulletins secrets par 11 voix et 3 bulletins blancs sur 14 votants. Il occupera les mêmes fonctions que l’ex-premier adjoint, sauf en ce qui concerne l’urbanisme et la communication. Il aura notamment en charge les finances de la commune, la voirie et les bâtiments.

Les trois autres postes d’adjoint sont sans changement. Françoise Briet, 2e adjoint a en charge la vie scolaire. Jean-Marie Gilardeau, 3e adjoint, le développement économique et durable, la ruralité. Et Manuela Mousset, 4e adjoint, la vie associative et les fêtes et cérémonies.

« Tous ensemble, nous allons faire au mieux dans l’intérêt de la commune », assure Bernard Giraud, « désolé » de ce changement forcé à deux ans de la fin de mandat.

Le conseil a ensuite voté à l’unanimité moins trois abstentions, le montant des indemnités de fonction du 1er adjoint qui restent les mêmes que l’adjoint démissionnaire, à 16,5 % de l’indice brut terminal indiciaire de la Fonction publique, soit : 552,44 €. Michèle Bazin, la maire, rappelle qu’en cette période de restrictions et conformément à sa parole de début de mandat, les élus sont en dessous de la norme pratiquée dans d’autres communes. Le poste de 5e adjoint n’étant plus honoré, les indemnités allouées à ce poste pourraient être réparties à l’avantage de deux conseillers délégués pour le travail fourni, l’un à la communication, l’autre, à la mise en place du système informatique de la commune, notamment avec la nouvelle loi de confidentialité et de protection des données (RGDP).

L’ex premier adjoint ayant également démissionné de toutes commissions en tant qu’adjoint délégué, il a été remplacé par Manuela Mousset à la commission urbanisme, par Bernard Giraud à la commission finances et à la commission emploi, ainsi qu’à la commission communication en attendant la désignation d’un conseiller délégué.

50 véhicules à la montée du Pigeonnier

Publié le par Frédéric Delcourt.

Un jour de marché historique, dimanche, aux Halles du Marais.F. D.

Dimanche, Amandine Besson, présidente de l’association Les Vieilles Soupapes du 17, a enregistré une cinquantaine d’inscriptions pour cette deuxième édition de la montée historique du Pigeonnier de Montierneuf. Ce chiffre est identique à celui de l’an passé et inscrit cet événement comme faisant désormais partie des manifestations attendues sur la commune.

Onze monteés

Onze montées ont été réalisées cette année, contre sept l’an passé. Se greffant aux animations du jour de Pâques, les équipages ont fait une halte aux Halles du Marais bousculant ainsi les habitudes des Saint-Agnantais. Les 50 véhicules se sont garés de part et d’autre de l’avenue de Villeneuve devant les halles, attirant ainsi les curieux et les amateurs de vieilles voitures. Ceux-ci en ont profité pour effectuer quelques achats auprès des commerçants ravis de cette affluence soudaine.

En fin de journée, durant la remise des trophées, ont été mis à l’honneur François Chauvaud qui a fait le plus de spectacles avec sa Fiat 126, Linda Aguila pour le passage le plus propre sur Porsche 911, Jean-Philippe Brassaud-Lenoble pour la voiture la plus ancienne avec sa Dauphine de 1960, Luc Constamtini pour la personne habitant le plus loin (département de Loire-Atlantique) avec sa Fiat X1 / 9, Axel Marchand pour son originalité avec son cyclekart et, enfin, Jean-Marc Taureau qui a cassé son embrayage avec sa R8, pour le plus malchanceux.

« N’oublions pas toutes les personnes sans qui rien ne serait possible : le médecin, le dépanneur, le directeur de course, les commissaires, la mairie et Bernard Giraud qui nous aide à bloquer les routes avec ses bottes de paille », souligne Amandine Besson. « Et, bien sûr, les membres de l’association, les engagés et les spectateurs sans qui nous n’existerions pas », conclut-elle.

60 Véhicules pour la montée du Pigeonnier

Publié le par Frédéric Delcourt.

La première édition en février 2017 avait déjà rassemblé une soixantaine d’engagés. Photo archives F. D.

Amandine Besson, présidente de l’association Les Vieilles Soupapes du 17, réédite, pour la deuxième année consécutive, la manifestation de la montée historique du Pigeonnier dimanche prochain, de 10 à 18 heures, au Pigeonnier de Montierneuf où une soixantaine de véhicules sont attendus.

Les véhicules concernés sont acceptés jusqu’en 1988 et doivent être immatriculés. Sur les bulletins d’inscription figurent déjà la dernière Alpine, une Ferrari, une 4CV prototype et bien plus encore. Des démonstrations sur route fermée auront lieu toute la journée sur l’axe du chemin des Ormeaux, de la rue du Bois-Château (en partie) et de la rue allant en direction de la rue du Moulin-des-Chaumes.

Circulation déviée

La circulation pourra être déviée avenue de Montierneuf et avenue de Villeneuve. Les départs se feront au niveau de la patte-d’oie sur la départementale 125 (au niveau du dépôt Sansonnet). L’équipage Mirey, bien connu des passionnés de cette discipline, assurera le spectacle avec des 360° à bord de leur véhicule Peugeot 504 et 505.

Par ailleurs, les équipages feront une halte aux Halles du Marais vers midi, participant ainsi aux animations de la commune pour le jour de Pâques. Ils feront également le tour du village. Le circuit passera par l’Ehpad (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) Les Jardins du marais vers 13 h 30 pour le plus grand plaisir des résidents.

Quelques privilégiés pourront faire une montée en tant que passager sur certains véhicules, à condition d’être équipés d’un casque. « Une remise de trophées symbolique basée sur le pilote le plus prestigieux, le plus malchanceux… aura lieu en fin de journée », précise Amandine Besson.

Il reste encore une dizaine d’inscriptions disponible et il est possible de s’inscrire au 06 73 09 52 18. Renseignements et engagement sur la page Facebook : Les Vieilles Soupapes du 17. Buvette et petite restauration sur place.

La réhabilitation du gymnase est lancée

Publié le par Frédéric Delcourt.

Vincent Dubois, responsable du service technique, expose le projet de réhabilitation du gymnase aux élus. Photo F. D.

Jeudi dernier, le conseil municipal a autorisé, à l’unanimité moins une voix, Michèle Bazin, la maire, à solliciter les demandes de subventions auprès de la Dotation d’équipement des territoires ruraux (DETR), de la Dotation de soutien à l’investissement public local (SSIL) et du Conseil départemental pour le projet de réhabilitation aux normes d’accessibilités, thermiques et environnementales du gymnase.

Vincent Dubois, responsable du service technique a présenté aux membres du conseil un état des lieux de l’actuel gymnase et a développé les différents points sur lesquels s’orienteront les travaux.

La charpente sera renforcée pour supporter une structure isolante, les murs d’enceinte seront remplacés par des panneaux isolants aux normes actuelles et subiront un renforcement spécial à l’ouest pour une future implantation d’un mur d’escalade. Le seul agrandissement prévu sera celui d’un local de 60 mètres carrés pour le rangement du matériel (tapis agrès) actuellement rangé dans les couloirs et accidentogène.

Le revêtement du sol sera polyvalent permettant une utilisation de la salle hors manifestations sportives. Les sanitaires seront également remis aux normes et équipés d’un ballon d’eau chaude plus performant.

Un parking plus spacieux

L’escalier d’accès à l’étage sera sécurisé. La mise en place de plaques en polycarbonate favorisera le passage de la lumière du jour dans une performance visuelle sans reflets agrémentée d’un confort énergétique. Le mode de chauffage choisi est le gaz, jugé le plus adapté et le plus malléable aujourd’hui par rapport aux besoins que requiert un gymnase (rapidité de chauffe entre 16 et 17 degrés pour un besoin non constant).

Un auvent aménagé situé à l’entrée du gymnase permettra d’y ranger les vélos, la voirie sera aménagée en accessibilité pour les bus et un parking plus spacieux viendra compléter le projet global.

Dès l’obtention des subventions, les travaux dont la part communale s’élève à près de 177 224 euros (TTC), pourraient débuter à la fin du premier semestre 2018 pour une période programmée de huit mois, durant laquelle le gymnase ne sera que partiellement fermé.

Un site expérimental

Publié le par Michel Rey.

Le marais de Brouage est retenu site expérimental pour la préservation et le développement de l’élevage extensif en zone humide. Photo M.R

C’est au sein de l’étable d’une ferme de Hiers-Brouage, entourée de plusieurs dizaines de bovins de races allaitantes menacées (écossaises, bordelaises, armoricaines, maraîchines, nantaises…) que Mickaël Vallet, président de la Communauté de communes du bassin de Marennes (CCBM), et Hervé Blanché, président de la Communauté d’agglomération Rochefort océan (CARO), se sont exprimés jeudi matin sur le marais de Brouage.

« Nous poursuivons nos efforts entrepris il y a deux ans pour une gestion concentrée du marais. Outre le réseau hydraulique et la valorisation patrimoniale et touristique du site, il y a un autre domaine à préserver ; le maintien et le développement de l’élevage bovin. » Les deux présidents de ces communautés, accompagnés de la vice-présidente du forum des marais atlantiques (Michèle Bazin), du président de l’association syndicale des marais de Saint-Agnant/Saint-Jean-d’Angle (Jean-Marie Gilardeau) et d’une éleveuse membre de l’association des éleveurs du marais de Brouage (Patricia Oudin), ont tenu à préciser que le marais de Brouage avait été retenu comme site expérimental, avec celui du Cotentin et de la baie de Somme, par les ministères de l’Agriculture et de l’Environnement, pour la préservation et le développement de l’élevage extensif en zone humide.

Deux retraités mis à l'honneur

Publié le par Frédéric Delcourt.

Marc Barbançon et Mireille Pelletier sont les deux retraités qui ont été distingués, vendredi.Photo F. D.             

Vendredi, la municipalité de Saint-Agnant a tenu à honorer deux figures incontournables du village pour leur départ à la retraite.

Mireille Pelletier a intégré la commune en 1994 comme remplaçante en tant qu’aide à la cuisine de la cantine scolaire. Elle a été nommée en 1999 et, depuis, elle a œuvré avec passion et dynamisme au service des enfants de la commune. « J’ai vu passer beaucoup d’enfants durant toutes ces années, puis les enfants de ces enfants », confie-t-elle.

Pas remplacé

Marc Barbançon s’est lui aussi occupé des mêmes enfants en les faisant traverser l’avenue Charles-de-Gaulle. Cela faisait une trentaine d’années que ce policier municipal était au service de la commune. Gardien de police municipale, Marc Barbançon a franchi tous les échelons avant de terminer sa carrière comme chef de service de la police municipale. Il ne sera, pour l’instant, pas remplacé. « Depuis la suppression des contrats aidés, nous préférons aujourd’hui pérenniser certains emplois du service technique et administratif, précise Michèle Bazin, la maire. De plus, nous avons la chance d’avoir une brigade de la gendarmerie nationale à Saint-Agnant. »

Après les avoir tous deux remercié pour leur professionnalisme et leur dévouement, le premier magistrat leur a octroyé à chacun « douze mois de vacances à l’année » par un arrêté municipal dans ce sens.

4000 euros pour aider la recherche

Publié le par Fréderic Delcourt

Maëlle, la sœur de Jade et une partie du conseil d’administration avec le chèque destiné à la recherche. Photo F. D.

Vendredi, l’association Couleur Jade tenait son assemblée générale. Les objectifs de l’association qui, outre le fait d’informer et de sensibiliser l’opinion publique sur l’existence du cancer chez le jeune enfant, sont de récolter des fonds pour la recherche scientifique et médicale des cancers pédiatriques, en particulier le Médulloblastome.

Le bureau a, cette année encore, bloqué la somme de 4 000 euros qui sera reversée à l’institut Curie avec la somme récoltée par l’action nationale « Une jonquille pour Curie » menée en mars et qui devrait totaliser environ 6 000 euros.

En 2018, l’association reconduit également sa soirée dansante le 13 octobre, sa bourse à l’enfance d’hiver le 18 novembre, son marché de Noël en décembre et prépare son premier loto pour début 2019.

Don du sang en Charente-Maritime : les collectes du mois de février

Publié le par SudOuest.fr La Rochelle

Donner son sang, c'est sauver des vies", rappelle l'EFS. Anne Lacaud

Les dates des différentes collectes de sang organisées en février 2018 dans le département de la Charente-Maritime. 

Voici les dates des différentes collectes de sang organisées en février 2018 en Charente-Maritime. Pour rappel, les donneurs sont accueillis à L’Etablissement français du sang de l’hôpital de La Rochelle tous les lundi, mardi, jeudi et vendredi, de 8h à 13h, le mercredi, de 14h à 19h et les premier et troisième samedis de chaque mois, de 8h à 12h.

  • Jeudi 1er février :

Salle des Fêtes de Saint-Genis-de-Saintonge, de 16h30 à 19h30.

  • Vendredi 2 février :

Établissement Français du sang de Saintes, de 7h30 à 13h et de 15h à 18h.

  • Mardi 6 février :

Salle Aliénor-d’Aquitaine à Saint-Jean-d’Angély, de 8h à 13h.

  • Mercredi 7 févier :

Salle Polyvalente à Marennes, de 8h à 13h.

  • Jeudi 8 février :

Salle des fêtes de Dolus-d’Oléron, de 8h30 à 12h30.

  • Vendredi 9 février :

Espace Europe, à Angoulins, de 15h30 à 19h. 

Salle Polyvalente de Saint-Fort-sur-Gironde, de 16h à 19h30.

  • Lundi 12 février :

Au complexe Municipal de Tonnay-Charente, de 15h à 19h.

  • Mardi 13 février : 

Salle des fêtes de Pons, de 8h à 12h30.

  • Mercredi 14 février :

Au Forum des Marais, 2 quai aux Vivres à Rochefort, de 8h30 à 12h30.

  • Jeudi 15 février :

Au centre municipal d’animation de Périgny, de 16h à 19h.

Palais des Congrès de Royan, de 8h à 12h30.

  • Vendredi 16 février :

A la résidence autonomie La Chancelière, à Saint-Jean-de-Liversay, de 16h à 19h.

Salle des Fêtes de Saint Martin d’Ary, de 8h à 12h30.

  • Lundi 19 février :

A la salle des fêtes de Saint-Agnant, de 15h30 à 19h.

Foyer Municipal de Saint-Aigulin, de 8h à 12h30.

  • Mardi 20 février :

Salle des fêtes de Cozes, de 8h30 à 13h.

  • Mercredi 21 février :

Au Forum des Marais, 2 quai aux Vivres à Rochefort, de 15h30 à 19h.

  • Jeudi 22 février :

A l’Espace Michel-Crépeau de Nieul-sur-Mer, de 15h30 à 19h.

Salle Richelieu à Saujon, de 8h à 12h30.

  • Vendredi 23 février :

Salles des fêtes de Saint-Georges-d’Oléron, de 8h30 à 12h30.

  • Lundi 26 février :

Château de Bonnemie – salle Patrick-Moquay, à Saint-Pierre-d’Oléron, de 15h30 à 19h30.

  • Mardi 27 février :

Salle du lavoir à Surgères, de 14h30 à 19h.

  • Mercredi 28 février :

Salle du monastère à Marans, de 15h30 à 19h.

Salle des fêtes de Tonnay-Boutonne, de 16h à 19h30.

René RÉAU nommé chevalier

Publié le par Frédéric Delcourt.
René Réau, à droite, arbore fièrement sa médaille de chevalier de l’Ordre national du mérite. Photo DR

Lundi, au cours de la cérémonie des vœux, le colonel à la retraite, Amédée Ossant a remis la médaille de chevalier de l’Ordre national du mérite à René Réau, un enfant du pays de 80 ans.

Destiné à récompenser des mérites distingués, ce second ordre national après la Légion d’honneur, ne compte aujourd’hui que 187 000 membres, d ont il met en lumière et en valeur les qualités personnelles. Ces dernières traduisent l’engagement au service de la collectivité, le dévouement permanent et le sens du devoir.

Appelé sous les drapeaux en 1958, René Réau part en Afrique du Nord, lors de la guerre d’Algérie. Il gravit les échelons et se porte volontaire pour les missions les plus dangereuses. Il est grièvement blessé par deux fois au combat et est rapatrié sanitaire.

Son CAP de mécanicien auto diesel en poche, René exerce son activité dans diverses entreprises et s’oriente enfin dans l’aéronautique où ses responsabilités successives l’amènent au poste de contrôleur aux pièces mécaniques.

Après 59 ans, René prend sa retraite, mais celle-ci n’est pas synonyme d’inactivité. Il continue comme sapeur-pompier volontaire où en tant que sergent, il fait preuve d’une compétence et d’un dévouement hors du commun. René est également un grand sportif et pratique, encore aujourd’hui, le cyclisme de manière assidue. « C’est un infatigable bolide », confie le colonel Amédée Ossant. Il est également un infatigable porte-drapeau aux cérémonies patriotiques.

Le ruban bleu de l’Ordre national du mérite sera en tête des nombreuses décorations que cet homme soucieux de servir les autres et d’entraîner tous ceux qui doutent de leurs capacités, possède déjà : la médaille du travail échelon grand or, pour 43 années en entreprises ; la médaille d’or des sapeurs-pompiers, pour 33 années ; la médaille de la jeunesse et des sports pour 50 années de licences sportives et la gestion de deux clubs sportifs ; la croix de la valeur militaire avec deux citations à l’ordre de l’Armée et du régiment ; la médaille des blessés de guerre et un titre de Reconnaissance de la Nation.

De nombreux travaux prévus cette année

Publié le par Frédéric Delcourt

« Je suis très fière de dire que la majorité d’entre nous, élus, mais aussi le personnel, ne renonce jamais à la joie de travailler ensemble et a la volonté d’avancer », a déclaré Michèle Bazin, lundi, lors de la cérémonie des vœux.

En 2018, divers travaux d’aménagements sont programmés. Tout d’abord, la mairie sera dotée d’une nouvelle salle du conseil et des mariages, d’une mise en accessibilité des bureaux, et d’une nouvelle chaudière aux normes du développement durable qui chauffera l’ensemble des bâtiments de ce site (bureaux, salle des fêtes, salle du conseil…).

Un city stade sortira de terre

La cantine scolaire sera équipée de nouveaux sanitaires pour les enfants et la salle d’activités sera mise aux normes d’accessibilité. Les travaux de réhabilitation du gymnase sont aujourd’hui confiés à un architecte et une ébauche sera présentée courant janvier. Les travaux pourraient débuter cet été. Une étude en cours est menée par le Département, en relation avec la commune et soutenue par le Conseil des sages, concerne l’aménagement de l’avenue du Canal de la Bridoire pour la sécurité des cyclistes et des piétons. Ce réaménagement visera également à contrôler les excès de vitesse dans les rues avoisinantes. Un city stade (projet de 2016) verra le jour cette année.

Par ailleurs, cette cérémonie a été l’occasion de mettre en valeur le travail des services techniques par la projection d’un film retraçant quelques unes de leurs activités de façon humoristique et ludique. « Ce service à la population contrôle activement la poussée de l’herbe dans les rues, et ce sans pesticides » précise Michèle Bazin.

Enfin, toute la commune bénéficiera de la fibre d’ici la fin de l’année. Les branchements s’étaleront par quartiers.

À la rencontre des sages de la commune

Publié le par Frédéric Delcourt

Michèle Bazin, le maire (sous la Marianne), en compagnie des dix membres du conseil des sages de Saint-Agnant.

Depuis 2014, la commune dispose d’un Conseil des sages composé de dix membres. Ils peuvent être jusqu’à douze. Ce groupe de retraités s’investit en mettant son temps libre au service de leurs concitoyens. Ses membres ont tous une expérience de par leurs activités associatives et professionnelles dans des postes très variés précédemment occupés (y figure même un ancien élu).

« Ce conseil est une instance de réflexions et de propositions. Par ses avis et ses études, il éclaire le Conseil municipal sur les différents projets intéressant la commune et exprime une éventuelle critique constructive », explique Amédée Ossant, membre du conseil. Il peut aussi être à l’origine de projets et d’innovations dans tous les domaines. Son travail se fait en osmose avec la municipalité qui est représentée lors de ses réunions par un conseiller municipal, un adjoint ou par le maire, Michèle Bazin. L’intérêt général de la commune prévaut et les sujets abordés sont toujours orientés vers le bien commun.

Projet de « City-Park »

Parmi les sujets débattus, le projet de réfection des bancs du village va prochainement être pris en compte. Pour ce qui concerne la voirie, les sages soutiennent le projet d’aménagement de l’avenue du Canal de la-Bridoire en matière de sécurité pour le cheminement des piétons et des cyclistes par rapport à la vitesse des camions sur cet axe. Il appuie l’action de la municipalité sur le projet de création d’un « City-Park » en 2018.

La propreté des voies de circulation, de l’aire de jeux du « Pas des Vaches » et du chemin des écoliers est évoquée et l’usage des « toutounettes » pour limiter les crottes de chiens sur la voie publique est notamment à l’étude. Diverses autres actions sont proposées en matière de signalisation, de fleurissement et d’aménagement du cimetière avec la récupération des tombes abandonnées, par respect des anciens disparus.

Le Conseil des sages n’a pas pouvoir de décision, il est une force de proposition et d’appui. Les comptes-rendus des réunions sont disponibles sur le site Internet de la commune à la rubrique « Conseil des sages ».

L'école maternelle ouvre ses portes

Publié le .

De nombreux parents sont venu apprécier le travail de leurs enfants, vendredi, à l’école maternelle.

Photo Frédéric Delcourt
 

Vendredi, les enseignants de l’école maternelle ont organisé une porte ouverte à l’intention des parents et familles des enfants scolarisés. À cette veille de vacances de Noël, les enfants ont interprété quelques chansons, dont une en anglais et une autre en langue des signes sur fond musical. « Cela fait partie du programme d’enseignement », précise Isabelle Desanti, la directrice. À l’issue, les familles ont pu visiter les classes, apprécier le travail de leurs enfants puis dialoguer avec les enseignants et, enfin, partager quelques idées avec les autres parents sur cette deuxième période scolaire, autour d’un goûter.

Retour à la semaine de quatre jours

Publié le par Frédéric Delcourt.

Comme beaucoup de communes, Saint-Agnant veut revenir sur la réforme des rythmes scolaires. photo f. D.

Mardi, le Conseil municipal s’est réuni et a annoncé, après concertation avec les parents et les enseignants, que la commune souhaitait revenir au rythme scolaire de quatre jours par semaine. Les nouveaux horaires de l’école seraient donc 8 h 40–11 h 55 et 13 h 25 – 16 h 10 pour la maternelle, puis 8 h 30–11 h 50 et 13 h 35 – 16 h 15 pour l’élémentaire. La réponse définitive sera donnée en mars.

Lors de ce conseil, le maire Michèle Bazin a annoncé officiellement la démission de Christine Le Moine, conseillère dans l’opposition. Celle-ci juge la gestion de la commune trop centralisée. « Toutes les décisions importantes sont prises en petit comité et rien n’apparaît en conseil municipal », précise-t-elle (lire aussi notre édition d’hier).