Actualités du 4 février 2017  Interview de JM Gillardeau par Denis Cheissoux sur France Inter A ré écouter sur :

https://www.franceinter.fr/emissions/co2-mon-amour/co2-mon-amour-04-fevrier-2017

A l'occasion de la Journée mondiale des Zones Humides, dans l'émission "CO2" Denis Cheissoux de France Inter explore les marais, les étangs ou autres tourbières...

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Dis, racontes moi le marais.....

Il y a 11.000 ans environ, la mer a envahi les terres basses de ce qui est aujourd’hui la Charente-Maritime, créant deux vastes golfes desquels émergeaient quelques lambeaux de territoire plus hauts.

Ainsi est né, au sud, le Golfe de Saintonge, avec son île d’Hiers et sa presqu’île de Broue. Au IVème siècle de notre ère, les alluvions de la Charente commencent à envaser et à colmater le golfe, peu à peu transformé par l’homme en marais salants.

L’envasement est toutefois très progressif : ainsi, au Moyen-Age encore, un port actif se situe au fond du golfe, au pied de la Tour de Broue. Quant au port fortifié de Brouage, fondé en 1555, où naquit Samuel Champlain, on connaît son importance historique, notamment au cours des guerres de Religion.

Les marais de Brouage ont conservé à peu de choses près leur aspect du passé et constituent un milieu et un paysage originaux, méritant pleinement d’être sauvegardés pour eux-même.

Couvrant près de 11 000 hectares répartis sur une dizaine de communes, le marais de Brouage , en Charente-Maritime, est formé d’un ensemble de canaux se déployant au milieu des prés salés.

Véritable paradis des hérons, cigognes, aigrettes, et d’une centaine d’autres espèces d’oiseaux, le marais a conservé à peu de choses près son aspect hérité de l’exploitation salicole, qui a définitivement disparu depuis les années 1950.

Les pratiques traditionnelles d’élevage ont permis de maintenir une mosaïque de milieux : prairies naturelles, dépressions inondées plus ou moins longuement au cours de l’année, roselières, prés salés, etc.

Cette diversité d’habitats est propice à l’accueil d’une flore riche et d’une faune variée : loutres d’Europe, visons d’Europe, cigognes blanches, busards des roseaux, échasses blanches, hérons pourprés, cistudes d’Europe, etc.

On y rencontre également beaucoup de passereaux, et de canards, comme les canards colvert ou souchet ou les sarcelles d’été et d’hiver, qui fréquentent la réserve naturelle de Moëze, située à 4 kilomètres de Brouage.

Le canal de Broue s'est dégradé sous l'effet conjugué de l'érosion naturelle, des dégâts causés par les espèces envahissantes (ragondins, jussie) et de la circulation des véhicules sur les routes et chemins adjacents. Des travaux ont été réalisés . L’objectif des travaux est  la remise en état hydraulique du canal deBroue et de ses fossés secondaires et la remise en état du site pour l’utilisation par l'élevage du marais .

 

 

La réhabilitation du canal de Broue a été réalisée en 2015 .

Photo ci contre : Travaux achevés sur le Canal de broue